vence-info-La Colle
Vence-info à La Gaude
 Flash mob entre fruits et légumes
Les trois chanteuses – Ph : AM  
Amy Christianna Blake   
Vous faites vos provisions pour le week-end et, soudain, au rayon des fruits et légumes, la musique d'ambiance se fait plus forte et l'une des employées abandonne la mise en place des marchandises et entonne les paroles de ''L'amour est un oiseau rebelle'', l'aria du premier acte de l'opéra de Carmen,de Georges Bizet… Rien que ça !

La chanteuse est belle, sa voix est claire. Et puis, un peu plus loin, à son tour, une cliente enchaîne le second couplet et…. Mais n'en disons pas plus et laissons découvrir dans notre vidéo la surprise faite à sa clientèle par la direction d'Intermarché, à La Gaude.
L'idée vient de Marion Dwernicki et Éric Aubertin (oui, les mêmes que pour Gaulgauda). Il ne manquait plus que la direction musicale assurée par Amy Christianna Blake. Aujourd'hui niçoise née au Texas, Amy associe une voix de soprano riche et expressive à une interprétation dynamique. Ses performances dans les divers répertoires d'opéra et de concert l'ont nettement définie comme l'une des artistes les plus prometteuses à ce jour sur la scène internationale. La proposition de Marion l'a séduite, un véritable défi : amener l'opéra dans un supermarché.

Avec les comédiennes et chanteuses SarahVernette etSabineVenaruzzo, les voilà parties dans l'aventure pour le plus grand plaisir des personnes ravies d'être là ce samedi matin. Mais, trêve d'explications, allez visualiser notre film pour apprécier la performance de ces talentueuses chanteuses.

Marcel Orengo


Vence-info à La Gaude
 «Monstres de Faïence» à la Coupole
Cécile et «Bottes de pluie, corne de brume, paré pour le baou» avec «le bavard incessant» et «Les pieds dans l'eau» – Ph: VD  
Une Baleine rêveuse   
Après ces jours de pluie, et une ambiance parfois morose, il nous fallait un peu de joie, de couleurs, et pourquoi pas quelques histoires.

Vendredi soir le Centre Culturel de La Coupole nous a gâtés.
Tout d'abord par une présentation originale de Pascale Morolin, conteuse avant d'être adjointe à La Culture ... Le ton est donné, l'humeur était joyeuse et il y avait du monde pour en profiter, Cécile peut présenter ses dernières œuvres.

Une toute nouvelle collection de Monstres en céramique a vu le jour. Cette artiste nous avait habitués à ses créations imaginaires depuis quelques années sur le thème de la nature et des animaux.
Ce vendredi une autre Saga de faïence nous dévoile son univers plus récent. Il est drôle et poétique son Monde et très singulier. L'Esprit d'enfance si cher à St Exupéry est présent. Ses fables intérieures se racontent sur la faïence ou le grès à travers des Monstres à l'humour torride et tendre.

Ne manquez pas de vous attarder devant chacun et de lire l'histoire à demi-racontée par son titre déjà ! «L'intervention du mot, du texte ou le titre est très important pour moi, il est intimement lié à l'œuvre» Le titre comme début de narration, comme un sentier à prendre, l'imaginaire s'emballe et le fou-rire s'installe si votre cœur est joyeux et en bonne compagnie.

Avec la céramique comme avec le papier, une même envie de raconter des histoires dit-elle. Des " Shadoks soupolait " à la coiffure désopilante aux «Bavards aux Longues Pattes» en passant par la «Baleine qui rêve de terre ferme», si si allez voir, je vous assure ce n'est vraiment pas courant.

Si elle a une préférence ? «Ce sont deux approches différentes» dit-elle : "La manière de façonner est bien sur différente, la terre est une matière "vivante" Entre la faïence et la main qui la travaille, s'établit un dialogue tactile, beaucoup plus subtil et délicat qu'avec le papier. Tour à tour, la terre et le geste imposent leurs volontés, leurs temps de pause, leurs désirs ou leurs refus.

De ce respect mutuel modelé d'attentes et d'écoutes, de fermeté et de douceur nait une forme." "La faïence est une élaboration faite de lenteur et de patience et de respect. L'endurance du marathon plutôt que la force du sprint, elle correspond à un besoin profond dans ma vie actuellement."

Chacune de ses sculptures est un petit monde à lui seul, singulier et unique, peuplé d'une multitude de monstres, mais pas seulement, quelques arbres au pied desquels nous pourrions bien dormir pour leurs histoires de racines ... ''Pour moi un arbre c'est doux, c'est silencieux''! Il est bien joli le langage plastique et créatif de Cécile entre le Rêve et le Rire. Quelques dessins au stylo d'une finesse exquise ouvrent l'exposition et rappellent aussi le travail d'application nécessaire aux arts décoratifs. Ce chemin emprunté pour le Textile laisse ici toutes ses traces.

Courrez-y, sans oublier la formule "Regarder est un acte créatif" ...

Véronique Denoyel


Centre Culturel de La Coupole à La Gaude
jusqu'au 19 Décembre 2014 aux horaires habituels,
l'artiste sera présente le W-E de 14H à 18H
Vence-info à La Gaude
Une ''griffe'' particulière sous toutes les acceptions du terme
Ève Carton et Pascale Monrolin – Ph : MZ  
Vendredi 21 novembre, à La Coupole en présence de Pascale Monrolin représentant Michel Meïni Maire de La Gaude a eu lieu le vernissage de l'exposition d'Ève CARTON. Exposition qui se tiendra jusqu'au 2 décembre prochain. Les murs du Centre Culturel sont tapissés d'un grand nombre de peintures à classer dans « l'expressionnisme» qui peut être considéré comme la transcription d'une subjectivité visant à provoquer chez le public une réaction émotionnelle. Bien plus qu'un style l'artiste possède ''une griffe'' particulière sous toutes les acceptions du terme: des traits acérés, des angles aigus, des contrastes violents, des couleurs incisives, autant d'artifices qui lui permettent de créer de façon crue, originale et dramatique. Les visages tourmentés, des yeux qui parlent, des mains noueuses, des corps déformés, des membres squelettiques, tout inspire l'émotion, le poignant, le touchant, le tragique. L'artiste nous rappelle que la vie se joue d'abord comme un drame. Son exaltation doublée d'une sensibilité à fleur de peau lui permettent de transcrire ''le sentiment'' avec force et générosité dans un langage peu singulier de formes et de couleurs qu'elle sait formidablement exploiter. C'est sans doute le monde actuel, avec ses errances, ses folies, ses délires qui oblige Ève Carton à exprimer bien plus le cauchemar que le rêve.

Maurice ZANELLA

Ève Carton – Ph : MZ   

Vence-info à La Gaude
''La chanteuse et l'Homme Contrebasse'' pour les petits écoliers
Les enfants et les artistes – Ph: MO  
Marie-Pierre FOESSEL   
"Le bonheur est sous les Bigaradiers" nous dit-on, et c'est effectivement ce que les heureux spectateurs ont pu constater durant ces dix derniers jours à La Gaude, du 7 au 18 novembre. Dix jours où cent musiciens se sont produits sur dix scènes différentes, sur l'impulsion du maire Michel MEÏNI et l'association SO WHAT, présidée par Alex BENVENUTO. Une 18ème édition de « Jazz sous les Bigaradiers », en partenariat avec Nice Matin, Azur TV, et France Bleue, sous la présidence d'honneur de Barre Philips, la marraine Élisabeth Touraille, fondatrice de la Banque d'Instruments de Musique.

L'exposition des œuvres d'artistes
gaudois a été présentée en collaboration avec l'association COMMUNIQUER PAR L'ART, sous la direction de la commissaire Marie-Thérèse PULVENIS de SÉLIGNY, également Conservatrice du musée Matisse.

Après Yaël ANGEL Quartet et le WHY NOTE TRIO, après VANYA Quartet et ALIEN Trio, Jazz et vin LOOKING-UP Project, NABIS, Nicolas CARRE, FREAKS & Co., Louis BARIOHAY Duo, JAZZ WORKSHOP 06, ALKOZAUR et l'École de Musique de La Gaude, Jean-Paul ALIMI, ou encore The HOPE Quartet, le duo Jacky TERRASSON et Stéphane BELMONDO, CASCINO Trio, le CHOEUR DE TOURRETTES-sur-LOUP et les ARTISTES de L'ÉBÈNE, le film WHIPLASH a été présenté dans le cadre des Rencontres Cinématographiques de Vence.

Enfin, en ce mardi après-midi, pour clôturer ces dix journées, les 600 écoliers de la ville ont été invités à participer à un conte musical, La CHANTEUSE et L'HOMME-CONTREBASSE, spectacle écrit et interprété par Marie-Pierre FOESSEL au rire communicatif, et David AMAR qui connait bien les lieux pour être déjà venu animer ce festival. Une initiation au jazz pour les enfants des Maternelles de la Baronne et Jean de Florette, l'école Primaire Jean Monnet, la Maternelle Manon des Sources et l'école Primaire Marcel Pagnol, des artistes potentiels ayant travaillé au préalable sur le thème de "La Jungle Musicale".

Nelly Orengo



Vence-info à La Gaude
Soirée déjantée au So What
Un effet bœuf – Ph :Gérard Demonchy  
Yves Ughes Ph: GD   
Le très fameux festival de Jazz ''Rencontres sous les Bigaradiers'' de La Gaude s'est poursuivi ce lundi 10 novembre avec une soirée d'improvisation très… festive !

C'est en effet le groupe ''Freaks and Co'' dirigé par Cédric Fioretti qui était à l'honneur dans la Cave du So What. Un groupe de musique improvisée, complètement décalé, déjanté, qui se joue des notes, avec images, sons, voix, lectures… tout est sujet à improviser dans le jeu des instruments… ou autres accessoires !
Une soirée riche en surprises, pour un public toujours aussi nombreux dans cette superbe cave, mais aussi pour les musiciens eux-mêmes à qui leurs hôtes avaient eux aussi laissé une place pour l'imprévu !

C'est ainsi que l'on a pu découvrir en première partie une série d'improvisations sur un fond sonore d'aéroport japonais, sur un diaporama d'images insolites, sur un poème bucolique, ou encore sur un mélange de lectures tirées au hasard des pages de livres très divers (recettes en allemand, roman policier, histoires pour enfants ou encyclopédie du cinéma érotique !)… En seconde partie, des invités de talent ont rejoint les Freaks pour y mêler leurs improvisations: quelques arrangements sonores du talentueux pianiste Henri Roger, qui nous a encore une fois éblouis par sa dextérité sur son clavier, et au-delà…
Thomas Guillemaud s'est lui aussi laissé emporter avec son prodigieux saxophone, sur une incroyable lecture de ''La Ballade du Soldat'' de Georges Ribemont-Dessaignes aux éditions Chave Gallerie par Yves Ughes tandis les rejoignait dans un bœuf final Mauricio Lozano, d'ordinaire applaudi pour son excellence à la flûte traversière ou à la direction d'orchestres plus… classiques!

Une expérience détonante pour chacun, et si la curiosité vous anime, nous vous invitons à découvrir – ou redécouvrir – les FREAKS & Co le dimanche 16 Novembre prochain, dans le cadre de Cultures et Cinéma à Vence, sur la projection de films de Charlie Chaplin. N'hésitez pas à rejoindre la page du groupe sur Facebook: (www.facebook.com/groups/236319266541696/?fref=ts).
Les Rencontres sous les Bigaradiers se poursuivent quant à elles aussi, voir le programme en colonne de droite.

Sylvie Fort


Vence-info à La Gaude
Cérémonies et inauguration de l'exposition "La Gaude en 14/18"
Dépôt de gerbes au monument aux morts– Ph: JS   
la Marseillaise–Ph: JS   
La pluie était au rendez vous des cérémonies du 11 novembre à La Gaude mais cela n'a pas empêché Gaudoises et Gaudois d'assister au centenaire du déclanchement des hostilités.

Apres une prière commune dans l'Eglise de la Gaude l'assistance s'est rendue sur le parvis de la Mairie ou Michel Meïni Maire de la Gaude en présence d'élus a inauguré l'exposition "La Gaude en 14/18" . De nombreux objets en mémoire de cette triste période de notre histoire y ont été rassemblés, une partie prêtée par le conseil général, une autre par les familles Gaudoises, casques, obus, journaux, lettres, masques à gaz et uniformes permettent de se rendre compte de la vie des Poilus dans les tranchées. Il est possible de voir cette exposition jusqu'au dimanche 16, de 10h à 12h et de 14h à 17h.
Levée des couleurs et défilé dans la rue principale pour rejoindre le monument aux morts pour le dépôt de gerbes . Remise de décorations et apéritif républicain ont clôturé cette manifestation.

Jean Seguin



Vence-info à La Gaude

Quand Halloween frappe à la Gaude
comité d'accueil - Ph: YU   
une invasion vous dis-je   
Ils sont tous venus. Elles aussi. Il n'en manquait pas un, pas une. Les hommes de l'au-delà circulaient ici, parfois débonnaires serveurs de boissons, les non-mortes si chères à Bram Stoker –celles que Dracula contamina d'un sulfureux baiser crochu accompli au bas du cou- les morts vivants venus des limbes et vêtus de lambeaux savamment par les mamans découpés…

les chauves souris (les chauves aussi), les pirates fraîchement éclos de leurs coffres maléfiques…La cour de l'Ecole Marcel Pagnol de la Gaude fut donc envahie de toutes parts, dès 14 heures, le 31 octobre, en cet an de maléfices 2014. Dans une ruée pleine d'énergie et de jeunesse, sous l'œil complice des parents et de tous les adultes présents.
L'action Halloween était organisée par l'AFETG ( l'association des fêtes et traditions gaudoises). Elle repose uniquement sur l'investissement des bénévoles, réunis autour de leur président Eric Durandy.

Le comité d'accueil est impressionnant, visiblement M. L'Adjoint aux sports –Laurent Fugen- a reçu un coup des puissances nocturnes déchaînées : un coutelas traverse son crâne de part en part. Et ses aides sont squelettiques, farinées, farineuses, les habits tombent en poussière.

Mais le soleil veille toujours sur les cours de récréation et rien donc n'est vraiment pris au sérieux lors de cette après-midi de frissons. On ne peut décréter l'horreur.
En revanche, il est tout à fait possible de déclencher la vitalité par le truchement de cette fête de la citrouille endiablée. Les enfants se poursuivent, Dracula s'empare du ballon et le passe au pirate, qui franchit la ligne de défense des sorcières et …c'est le but.

Telle autre monstrueuse créature de 4 ans, aux jolies nattes blondes toutefois, marche sur une ligne blanche, risquant à tout moment de tomber dans un vide imaginaire. Telle brunette survitaminée tente de gravir le petit mur qui la sépare de ses parents, grimés juste ce qu'il faut.
Et c'est la ruée vers l'or des bonbons. Le sucre contre l'horreur. Le plaisir du goût pour lutter contre le vertige du néant maléfique. Après quoi, les morts n'ont plus qu'à se rhabiller. Finalement, et quoi qu'en disent les déguisements, c'est la vie qui triomphe.

Sous une belle lumière d'automne.
Et c'est à la Gaude qu'on en jouit le mieux.
Yves Ughes

Vence-info à La Gaude

A la soirée "Sowhat"
Le bœuf – Ph : Gérard Demonchy   
Tiziana Capellino – Ph : GD  
Ce samedi 25 octobre, les jazzistes de la Compagnie du So What ont à nouveau envoûté leur cave à La Gaude dans une formation Sextet : Alex Benvenuto à la clarinette basse, Cédric Fioretti aux percussions, Thomas Guillemaud au saxophone, Laurent Lapchin à la trompette, Jean-Marc Laugier à la contrebasse, et Emmanuelle Sommer au Cor anglais et Hautbois. Ce sont des improvisations et leurs propres compositions qu'ils ont présentées à un public fidèle et averti.

Le duo transalpin ''Colours in Mainstream'' était invité en seconde partie, composé au piano de la tout
aussi charmeuse que talentueuse Tiziana Capellino et sa voix ensorceleuse, et au Saxophone du brillant Gigi di Gregorio. Des compositions originales, mais surtout un hommage aux inoubliables grands compositeurs de jazz comme Duke Ellington, George Gershwin, Cole Porter, Tom Jobim...

En prime, un Bœuf – avec un grand B – s'est improvisé en troisième partie, accueillant –entre autres– Franck Taschini et son sax endiablé ! Tout cela agrémenté de l'exposition d'œuvres sur toiles de Christiane MOCERI… Une parfaite soirée !
À noter que l'association du So What organise cette année encore – et pour le plus grand plaisir des mélomanes venus du monde entier – les 18è Rencontres de Jazz sous les Bigaradiers, qui auront lieu à La Gaude du 7 au 18 novembre 2014. Nous vous invitons à prendre connaissance du programme sur la page internet du So What :http://assowhat.free.fr.

Et à bientôt pour « les derniers samedis du mois » à la Cave du So What de La Gaude !
Vence-Info

Vence-info à La Gaude

Vernissage de la double exposition de Franck Pourcel
Table ronde et photos – Ph: MO   
Franck Pourcel–Ph: MO  
Comme Ulysse, Franck Pourcel parcourt depuis dix ans des sites méditerranéens, en observant sa modernité où se confrontent immuabilité et changement.
Il élabore avec la Méditerranée une nouvelle géographie plus humaine, plus sensible et personnelle.Le photographe marseillais est aidé dans son projet par le FRAC. Depuis trente ans, cet organisme a engagé sur le territoire régionalune action permanente de diffusion et de médiation de l'art contemporain par le biais de projets artistiques et culturels.
Lieu relais du Frac depuis 2001, l'Espace muséal de Tourrettes-sur-Loup présente tous les ans une exposition réalisée en partenariat avec le Frac.
Il en est de même depuis 2009 avec le Centre culturel de La Gaude, autre lieu relais du Frac dans les Alpes-Maritimes.

Le projet "Constellations" est composé de récits photographiques: chaque constellation est constituée d'une série de photographies, prises sur différents lieux du pourtour méditerranéen traduisant une thématique contemporaine. "Sur la carte géographique, je réalise un tracé entièrement subjectif à partir de ces lieux. Lorsque la carte disparaît, le tracé devient une représentation imaginaire et poétique du récit, les lieux sont des étoiles et l'ensemble forme une constellation. Les constellations sont indépendantes les unes des autres et s'entrecroisent."

Les expositions se tiendront du 3 octobre 2014 au 28 mars 2015 au Château-mairie de Tourrettes-sur-Loup et du 3 octobre au 30 novembre 2014 à la Coupole à La Gaude. Voir l'autre reportage à la rubrique ''Tourrettes-sur-Loup''
Marcel Orengo

Information de La Gaude


Cycle de conférences à l'Eco-musée




Azur TV à La Gaude




Rencontres de Jazz
Remise des trophés:




les infos de Saint-Jeannet
"C'est Bio la vie à..."ajoute une dimension à la fête.
Monica, Erika et Pascale... sans D'Artagnan - Ph: JF  
Recyclage pour capsules de café - Ph: JF   
Cette dimension, c'est la bonne humeur et le sens de l'amitié. "Cette fête, nous l'avons voulue pour honorer tous ceux et celles qui sont venus signer les pages de notre site d'un article sur l'écologie, d'un reportage ou d'une pensée... nous sommes le lien entre ceux qui partagent notre idéal." Ainsi parlait Pascale, une des trois organisatrices qui ont bien voulu répondre aux questions du Cyclope de Vence-info.

Conférences, expositions, débats, animations et marché Bio, du pain naturel aux bijoux fabriqués avec des capsules de café recyclées, le tout, en raison d'une météo incertaine, s'est
déroulé devant et dans la chapelle Saint-Jean Baptiste, un lieu qui devient petit à petit un centre vital de Saint-Jeannet.

Une initiative bien sympathique de nos 3 mousquetaires (puisqu'elles sont 4) en regrettant seulement qu'il faille attendre deux ans pour le prochain anniversaire.

J'ai rassemblé dans la vidéo ci-jointe quelques impressions et interviews dans un esprit qui, s'il n'est pas toujours cachère n'en reste pas moins Bio.
Du moins je l'espère.

Jacques Fournée

les infos de Saint-Jeannet
Une Belle fête digne des mille et une nuits
C'est la fête... 1.001 fois – Ph : JF  
On dit qu'il n'y a pas de fête sans lendemain, et Saint-Jeannet ne démentira pas l'adage puisque la Saint-Jean Baptiste en durera quatre!
Mais il n'y a pas de fête, non plus, sans une bonne préparation, ni sans les ingrédients qui en forment le succès. Et de ce côté, la municipalité et le comité des fêtes avaient fait le nécessaire en démarrant cette fête patronale, ce vendredi 29 août, par un somptueux dîner spectacle sous le signe de l'orient. Pour la modique participation de € 15,00 vous pouviez, en même temps, bénéficier d'un repas copieux
autour du Couscous traditionnel qui vous enflammait le cœur et assister à un spectacle oriental qui ne pouvait qu'attiser les flammes.

Vence-info vous en donne un aperçu dans la vidéo jointe.

Jacques Fournée